mardi 16 septembre 2014
Un séisme qualifié "d'important" par l'Observatoire volcanologique et sismologique de la Martinique a été enregistré hier à 17 h 09. 

Sa magnitude était de 5.2 sur l’Échelle de Richter et son épicentre a été localisé à 72 km à l'est-sud-est du Vauclin, à 21 km de profondeur. 

Ce tremblement de terre a été fortement ressenti au Vauclin,  provoquant même une légère frayeur et mouvement de panique parmi la population.Un tremblement de terre de magnitude 5,2, ressenti à 17h09 à la Martinique provoquant une légère frayeur au sein de la population. Informatio

Les habitants du sud ont fortement ressenti ce séisme. La secousse a été faiblement ressentie dans le reste de l'île, selon les premières estimations qui seront corrigées au fur et à mesure des témoignages.


Votre soutien à Nature Alerte nous est précieux, il assure notre indépendance                                  
(Cliquez sur le bouton ci-dessous)

Un violent tremblement de terre s'est produit lundi à la mi-journée au nord de Tokyo, secouant les gratte-ciel et maisons de la capitale, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Selon l'Agence nationale de météo, l'épicentre de ce séisme, de magnitude 5,6, se trouvait dans la partie sud de la préfecture d'Ibaraki. Le centre de Tokyo est une des zones où il a été le plus ressenti.Il n'y a pas de risque de tsunami et aucun dégât n'a été rapporté dans l'immédiat.

"Nous procédons à des vérifications", ont déclaré les autorités locales, jointes par l'AFP. Un premier choc violent a d'abord été perçu vers midi et demi (03H30 GMT) avant une série de secousses très fortes pendant une dizaine de secondes.

Les opérateurs des installations nucléaires où les trépidations ont été ressenties ont indiqué ne pas avoir constaté d'anomalie dans un premier temps. Plusieurs lignes de train, dont les Shinkansen (rames à grande vitesse) reliant Tokyo à la préfecture de Fukushima, ont immédiatement été stoppées pour contrôler les voies, mais le trafic a rapidement repris.

Des habitants de la région la plus proche de l'épicentre ont indiqué avoir été prévenus quasi simultanément par le dispositif d'alerte précoce de l'agence de météo. Cette dernière a prévu une conférence de presse un peu plus tard dans la journée pour expliquer le mécanisme de ce séisme.

Situé à la jonction de quatre plaques tectoniques, le Japon subit chaque année plus de 20% des tremblements de terre les plus violents recensés sur la planète.
Les Philippines ont ordonné l'évacuation des populations vivant près d'un des volcans les plus actifs de l'archipel, craignant une éruption dans les semaines à venir.

Le magma a atteint le cratère du Mayon situé dans une région côtière et agricole à 330 kilomètres au sud-est de Manille, dans le sud de l'île principale de l'archipel, Luzon, selon le directeur de l'agence de vulcanologie, Renato Solidum. 

"Une éruption importante est possible dans les semaines à venir", a-t-il déclaré.

Les habitants dans un rayon de six kilomètres autour du volcan devraient être évacués, a précisé le responsable régional de la défense civile, Bernardo Alejandro. Plus d'une centaine de personnes ont déjà quitté la zone. 

L'alerte a été portée au niveau trois sur une échelle de cinq.

La construction défaillante des puits est la principale cause de la contamination de l'eau potable provenant des activités de fracturation hydraulique, selon une recherche menée au Texas et en Pennsylvanie, deux Etats grands producteurs de gaz de schiste.

Jusque-là, sur de nombreux sites d'exploitation des gaz de schiste aux États-Unis, on pointait le doigt le procédé de fracturation lui-même pour expliquer la contamination de l'eau potable.

Mais les chercheurs, dont l'étude est publiée lundi dans les Comptes rendus de l'Académie américaine des sciences (PNAS), ont étudié plus de cent puits en Pennsylvanie et au Texas et ils ont pu déterminer d'où vient le gaz naturel trouvé dans l'eau des nappes aquifères. Selon eux celui-ci provient de défauts dans le ciment ou le revêtement des puits forés pour extraire le méthane.

«Nos données montrent clairement que la contamination des eaux potables dans les sites étudiés provenait de problèmes d'étanchéité des puits pour récupérer le gaz naturel, comme des défauts de coffrage ou d'application du ciment», explique Thomas Darrah, professeur adjoint des sciences de la terre à l'Université d'État de l'Ohio, un des principaux auteurs de cette recherche.

«Ces résultats paraissent exclure la possibilité que du méthane ait filtré pour polluer les nappes aquifères souterraines du fait du forage horizontal lui-même utilisé dans la fracturation hydraulique, comme certains le craignaient», ajoute Avener Vengosh, professeur de géochimie à l'Université Duke, en Caroline du Nord, un autre co-auteur.

«La bonne nouvelle c'est que la plupart de ces problèmes d'étanchéité des puits peuvent être évités en améliorant leur construction» grâce à une meilleure application des réglementations existantes, estime le professeur Darrah.

Le problème, relèvent ces chercheurs, est que les très bas prix du méthane ayant résulté aux États-Unis du boom des gaz de schistes ces dernières années pourraient pousser les sociétés d'exploitation à réduire au maximum leurs coûts d'exploitation, et ce aux dépens de la qualité de construction des puits.

Sur les 113 puits étudiés dans le gisement de gaz de schiste de Marcellus, en Pennsylvanie, et vingt dans le site de Barnett, au Texas, huit présentaient des problèmes d'étanchéité, mais aucun de ces problèmes n'était lié aux activités de fracturation elles-mêmes.

Source © AFP

Votre soutien à Nature Alerte nous est précieux, il assure notre indépendance                                  
(Cliquez sur le bouton ci-dessous)

Un décret, publié le 7 septembre, ajoute deux obligations aux bonnes conditions agricoles et environnementales (BCAE) que les agriculteurs doivent respecter pour pouvoir bénéficier des aides directes dans le cadre de la politique agricole commune (PAC). Ces obligations existaient toutefois déjà mais au titre des exigences de gestion fixées par le règlement du 19 janvier 2009.

D'une part, les agriculteurs sont obligés de respecter une distance de 35 mètres entre les équipements de stockage des effluents d'élevage et les puits, forages et sources.

D'autre part, ils sont tenus de ne pas rejeter dans les sols les substances dangereuses listées en annexe de la directive du 17 décembre 1979, dans sa rédaction en vigueur avant son abrogation par la directive-cadre sur l'eau.

Cette liste comprend notamment les composés organohalogénés, organophosporés et organostanniques, les substances qui possèdent un pouvoir cancérogène, mutagène ou tératogène (CMR), le mercure et ses composés, le cadmium et ses composés, les huiles minérales et hydrocarbures, les cyanures. Mais aussi toute une série de métaux (zinc, cuivre, nickel, chrome, etc.), les biocides, les substances ayant un effet nuisible sur la saveur et/ou l'odeur des eaux souterraines, les composés organosiliciés toxiques ou persistants, les composés inorganiques du phosphore, les fluorures, l'ammoniaque et les nitrites.


...et d'un autre coté

La FNSEA Bretagne appelle, dans un communiqué du 15 septembre 2014, les agriculteurs à ne pas remplir leur déclaration annuelle de flux d'azote tant que le gouvernement n'aura pas rempli ses engagements.
 
Le syndicat rappelle que l'Etat s'était engagé à « une simplification de la mise à jour des plans d'épandage » et « des conditions de mises en œuvre du dispositif de surveillance de l'azote qui ne menacent pas les agriculteurs de quotas d'azote à l'exploitation », en contrepartie de la mise en place de la déclaration de flux d'azote.
 
Ces préalables n'ayant pas été respectés, la FRSEA indique qu'il « n'est pas acceptable que les agriculteurs déclarent sans savoir quelles seront les conséquences demain et sans bénéficier de la simplification administrative tant mise en avant. On leur demande de signer un chèque en blanc ! ».
 
Elle demande donc aux gouvernements « des réponses claires et des échéances courtes pour la mise en œuvre des préalables. » et incite les agriculteurs et organismes de services à ne pas envoyer leurs déclarations de flux tant que ces réponses n'auront pas été données.

Dans le port, des algues vertes accompagnées d'une pellicule à la surface de l'eau et d'écume ont fait leur apparition depuis la semaine dernière. 

L'Agence régionale de santé a noté une forte présence d'algues toxiques dans le port. En raison du risque sanitaire, la baignade et les activités nautiques ont été interdites.

Depuis la semaine dernière, des algues vertes sont visibles dans les eaux de la Rance, au port de Dinan-Lanvallay. L'Agence régionale de santé est venue mardi dernier pour faire des analyses. « Ils ont mis en évidence une forte dégradation de la qualité de l'eau et ont remarqué la présence de cyanobactéries en très forte quantité. De l'ordre de 282 500 cellules par millilitre d'eau alors que le seuil est de 100 000 », explique Didier Lechien, le maire de Dinan.

Face à ce résultat, les mairies de Dinan et Lanvallay ont pris un arrêté pour interdire la baignade ainsi que toute activités nautiques (canoë-kayak, aviron, navigation à voile sur dériveur léger) ou utilisation d'embarcation instable ou entraînant un contact avec l'eau (barque, pédalo, petit bâteau à moteur). Appliqué à partir du 15 septembre, l'arrêté court jusqu'à nouvel ordre. Un nouveau relevé d'analyses a été effectué aujourd'hui. Les résultats seront communiqués dans les prochains jours

Source © Ouest France

Les populations du Groenland seront désormais autorisées à harponner plus de 200 baleines par an, après la décision lundi de la Commission baleinière internationale (CBI) de leur accorder un quota au titre de la chasse aborigène, au grand dam d'ONG. 

La CBI a entamé lundi à Portoroz (Slovénie) sa 65e session par ce premier dossier controversé, avant d'aborder d'ici à jeudi une autre question épineuse, celle des nouvelles intentions du Japon en matière de chasse.

Par 46 voix pour et 11 contre (trois abstentions), les Etats membres ont décidé d'accorder au Groenland une prise annuelle de 176 baleines de minke (ou petits rorquals), 19 rorquals communs, 10 baleines à bosse et deux baleines du Groenland, selon les ONG sur place, qui craignent qu'une part de ces prises, accordées au titre de la chasse aborigène, ne soient au final commercialisées.

Parmi les partisans du non, figurent nombre d'Etats latino-américains

«Nous craignons que ce nouveau quota accorde au Groenland plus de chair de baleine que ses peuples n'en ont besoin pour leur subsistance, et que le surplus continue à être vendu, notamment aux touristes», a commenté Sue Fisher, de l'ONG Animal Welfare Institute (AWI). «Il est triste de voir tant de nations soucieuses de la baleine, dont le bloc européen, soutenir un quota renforcé pour les prises du Groenland», a réagi Bernie Unti, de l'ONG Humane Society International.

De fait, le vote européen a cette fois-ci permis de réunir les trois-quarts des voix nécessaires à l'adoption du texte. Parmi les partisans du non, figurent nombre d'Etats latino-américains. Le Groenland était privé de quota depuis 2012, depuis le rejet d'une proposition défendue, comme cette fois-ci, par le Danemark, incluant une hausse du nombre des individus pouvant être tués. Mais le Groenland a continué à chasser (198 baleines en 2013).

Depuis la mise en place du moratoire sur la chasse commerciale en 1986, les populations de baleines sont globalement en augmentation, mais certaines espèces restent très menacées, comme la baleine grise du Pacifique nord-ouest, la baleine franche de l'Atlantique nord-ouest et la baleine bleue, espèce emblématique car c'est le plus grand animal de la planète.

Source © AFP
L'Union européenne a été à l'origine lundi d'une démarche internationale, aux côtés notamment des Etats-Unis, pour sommer l'Islande de mettre fin à la pêche à la baleine et au commerce des produits baleiniers, a annoncé la Commission européenne.

"L'UE, ses 28 Etats membres et les gouvernements des Etats-Unis, d'Australie, du Brésil, d'Israël, de Nouvelle-Zélande, du Mexique et de Monaco ont aujourd'hui déclaré leur opposition au fait que le gouvernement islandais permette encore la chasse commerciale à la baleine", a indiqué l'exécutif européen.

Coïncidant avec l'ouverture à Portoroz (Slovénie) de la 65e session de Commission baleinière internationale (CBI), cette démarche a été menée dans la matinée à Reykjavik par l'ambassadeur de l'UE, Matthias Brinkman, accompagné de plusieurs homologues. 

"Il a souligné que l'opinion publique dans les pays qui sont les principaux partenaires commerciaux de l'Islande est très opposée à la chasse à la baleine", a précisé la Commission. 

L'Islande est, avec la Norvège, un des deux pays européens faisant partie de la CBI, l'organe en charge de la gestion mondiale des cétacés, mais ayant rejeté le moratoire de 1986 sur la chasse commerciale à la baleine.

Dans leur démarche, l'UE et ses partenaires se déclarent notamment "troublés" par l'augmentation des prises islandaises de rorquals communs, qui ont atteint 134 en 2013 sur un total de 169 cétacés capturés. 

Les autorisations de chasse délivrées par l'Islande "ne prennent pas en compte les intérêts de conservation à long terme" de l'espèce, ajoutent l'UE et ses partenaires. 

Ces coalisés rejettent l'argument islandais selon lequel cette chasse couvrirait "une demande ou un besoin intérieur", et conseillent plutôt aux Islandais de développer le tourisme d'observation des baleines.

Source © epa



L’ONU estime qu’il faudrait un milliard de dollars pour contenir l‘épidémie d’Ebola qui sévit actuellement en Afrique de l’Ouest.
Ce montant est le double de ce qui avait été avancé il y a encore quelques semaines. Cela prouve, aux yeux des Nations Unies, l’urgence de la situation.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) dit espérer inverser, avant la fin de l’année, la courbe du nombre de personnes infectées.

“Cette crise sanitaire n’a pas d‘équivalent dans l‘époque moderne”, a indiqué ce mardi Bruce Aylward, directeur général adjoint de l’OMS lors d’une conférence de presse à Genève. Selon lui, “l‘épidémie peut être limitée à quelques dizaines de milliers de cas, mais cela suppose de la part de la communauté internationale, une réponse beaucoup plus rapide”.

En six mois, le virus Ebola a causé la mort de 2500 personnes sur près de 5000 cas. La plupart des victimes se trouvent au Liberia, en Guinée et en Sierra Leone.

Face au risque de propagation de la maladie, les touristes ont quasiment totalement déserté, ce qui pénalise un peu plus ces pays d’Afrique de l’Ouest.

Source © 2014 euronews

Votre soutien à Nature Alerte nous est précieux, il assure notre indépendance                                  
(Cliquez sur le bouton ci-dessous)

lundi 15 septembre 2014
Un épisode de pollution aux particules fines s'étend aujourd'hui de l'Ile-de-France au Nord-Pas-de-Calais, en Normandie, et jusque dans le Finistère. 

Cette pollution est présente depuis quelques jours mais a tendance à s'aggraver aujourd'hui. 

Les conditions météorologiques actuelles sont défavorables à la dispersion des polluants dans l'air, notamment à cause de l'absence de vent. Un pic de pollution aux particules fines PM10 est signalé par les agences régionales de surveillance de la qualité de l'air. 

Le seuil d'information et de recommandation est dépassé. 

En Ile-de-France, Airparif signale que la concentration de particules fines atteint 75 microgrammes par mètre cube d'air. 

Le stationnement résidentiel dans Paris est gratuit ce lundi. La mairie de Paris a pris cette mesure en raison du dépassement du seuil d’information de pollution aux particules fines (50 mµ de particules fines par mètre cube d'air)

La qualité de l'air estimée dans les régions touchées varie de moyenne à médiocre. 

Les mesures en cas de pic de pollution sont mises en oeuvre par les Préfectures, notamment des réductions de vitesse sur les axes routiers. Il est recommandé aux usagers de différer les déplacements en voiture, de privilégier les transports en commun ou les transports doux. Les enfants et les personnes sensibles doivent privilégier les activités calmes. Evitez les activités sportives intenses. 

Votre soutien à Nature Alerte nous est précieux, il assure notre indépendance                                  
(Cliquez sur le bouton ci-dessous)

Sept des quatre cachalots qui se sont échoués près de la ville italienne de Vasto, dans les Abruzzes, sont morts. 

« C’est l’une des pires catastrophes écologiques de cette région » a déclaré le maire de cette localité située sur la côte adriatique. 

Selon un responsable local de la protection de l’environnement, cette tragédie pourrait avoir été causée par la présence de puits de pétrole non loin de la plage où les cétacés se sont échoués.

Source © euronews

Votre soutien à Nature Alerte nous est précieux, il assure notre indépendance                                  
(Cliquez sur le bouton ci-dessous)



Un millier de personnes ont été évacuées près du parc Yosemite, dans le centre de la Californie, en raison de feux de forêts qui se sont déclenchés à l'issue d'un week-end de canicule.

Un incendie ravage des milliers d'hectares en Californie Quelque 133 hectares ont déjà brûlé à la suite d'un feu qui a démarré dimanche près de Bass Lake, à moins d'une heure de voiture du parc Yosemite.

L'incendie, «qui n'est pas contenu du tout pour l'instant», a déjà détruit ou endommagé une dizaine de bâtiments, a déclaré une porte-parole de CalFire, l'organisme gouvernemental d'information sur les incendies. «Environ 400 maisons, soit 1.000 personnes, ont été évacuées» et l'accès au site de l'incendie «est difficile d'accès» pour les 400 pompiers mobilisés.

«Le rythme de propagation du feu menace des centaines de maisons», a ajouté dans un communiqué dimanche le bureau du gouverneur de Californie Jerry Brown, qui ajoute que les autorités s'inquiètent d'autres départs de feu ailleurs dans cet Etat de l'ouest des Etats-Unis.

Des températures de 40 degrés ce week-end

Un autre incendie qui a démarré fin juillet dans le parc Yosemite (Meadow fire) était par ailleurs à 50% contenu dimanche et les autorités estimaient qu'il devrait être totalement éteint d'ici à une semaine. Le feu qui s'est par ailleurs déclenché vendredi dans le sud de la Californie près de San Diego était contenu à 20% dimanche. Il a forcé l'évacuation de quelque 200 habitations.

Un énorme incendie avait ravagé une partie du parc Yosemite fin août 2013 et menacé les séquoias centenaires.

Les températures dans le centre de la Californie sont montées non loin de 40°C ce week-end, une canicule qui devrait se maintenir dans les prochains jours. L'Etat est régulièrement touché par de puissants incendies en été et à l'automne, et l'extrême sécheresse des derniers mois accroit les risques de les voir se multiplier cette année.

Source © AFP

Des pluies torrentielles qui se sont abattues en Europe centrale, ont inondé plusieurs régions en Autriche, en Slovénie et en Croatie. En Autriche, c’est l’état fédéral de Styrie qui est devenu l'épicentre des intempéries. Des centaines de bâtiments et les principales routes de la région se sont retrouvées sous l’eau. 3500 sauveteurs travaillent dans la zone du sinistre.

La partie centrale de la Slovénie est également touchée par les inondations. 1500 maisons ont été inondées. 

La situation est également difficile en Croatie voisine, où le niveau d’eau dans certains fleuves augmente de 10 centimètres chaque heure. Certains villages sont coupés du monde extérieur. L’évacuation de la population est en cours.

L'ouragan Odile a touché terre au Mexique tard dimanche près de la ville touristique de Cabo San Lucas où des dizaines de milliers de touristes ont trouvé refuge dans des hôtels de luxe transformés en abris, ont annoncé lundi des représentants du gouvernement mexicain.

Odile, un ouragan "très dangereux" de catégorie 4 redescendu à catégorie 3 sur l'échelle de Saffir-Simpson qui en compte 5, a frappé le Mexique vers 04H45 GMT (06h45 en belgique) lundi avec des vents soutenus de 205 km/h, selon le Centre national des ouragans (NHC) des Etats-Unis. A Los Cabos, des pluies intenses et des vagues allant jusqu'à 4 mètres ont été enregistrées, et les opérations à l'aéroport international ont été suspendues dimanche soir. 

Les autorités mexicaines avaient lancé l'alerte quelques heures avant l'arrivée d'Odile, afin de limiter les pertes humaines et matérielles, les services météo craignant l'arrivée de fortes pluies, susceptibles de provoquer des inondations et des coulées de boue. 

La violence de l'ouragan, qui se déplace à une vitesse de 28 km/h vers le nord-est, a obligé les autorités a accueillir quelque "30.000 touristes, 26.000 étrangers et 4.000 Mexicains" dans 18 hôtels de la zone refuge, a déclaré Luis Felipe Puente, directeur de la Protection civile mexicaine. Juan Manuel Caballero, coordonnateur du Service météorologique national (SMN) du Mexique, n'a pas écarté la possibilité que l'ouragan "puisse arriver dans le golfe de Californie", raison pour laquelle des plans de sécurité ont été activés dans les Etats mexicains du Sinaloa, Nayarit (nord-ouest) et Colima.

Le typhon Kalmaegi a touché le Nord de l'archipel des Philippines causant des inondations et des glissements de terrain. On déplore la mort de 3 personnes qui ont péri emportées par la forte houle généré par le système.

Le typhon a touché terre en produisant des vents violents (> à 150 km/h) et des pluyies diluviennes. SEn 24 h il est ainsi tombé 378,4 mm dans l'ouest des Philippines (Subic Bay). Les provinces de Cagayan et de Isabela ont été les plus affectées.

Les écoles de cinq régions du nord du pays ont été fermées et des dizaines de vols ont été annulés à l'aéroport de Manille.

7800 personnes ont été évacuées et ont trouvé refuge dans des abris mis en place par les autorités. Kalmaegi a causé de nombreux débordements de rivières, provoqué des glissements de terrain. De nombreux habitations ont été sinistrées.

Un ferry, pris dans la tempête, a sombré au large de la province de Leyte. 110 personnes ont été secourues.

Le typhon, prend maintenant la direction du Sud de la Chine (Hong Kong, îles du Hainan) où des alertes ont été émises par les autorités.


Source : Reuters

Devenir membre


Votre soutien à Nature Alerte nous est précieux, il assure notre indépendance

(Cliquez sur le bouton ci-dessous)




Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Rejoignez Nous

____________________
ou encore
____________________
ou encore

Rejoignez notre page Google +

Devenez Membre

Dernières News

Flux RSS

annonces

Rechercher sur le blog

Chargement...

Les livres du Mois

Activité solaire/champ magnetique

Solar X-rays:

Geomagnetic Field:
>
Status
Status
 

Ce blog soutien Raoni

Ce blog soutien Raoni
cliquez sur l'image

Libellés/Tags

Alerte (2987) pollution (663) Oceans (393) inondation (380) Rechauffement (346) Hecatombes animales (338) seisme (295) Insolite (263) rivieres (236) climat (228) legislation (200) maree noire (167) deforestation (155) intemperie (153) eau (149) La honte (143) air (143) Santé (142) incendie (138) Extinction (136) biodiversité (134) nucleaire (133) volcan (133) Mysteres (131) conservation (123) Tempete (116) Eruption (115) agriculture (113) Mobilisation (111) gaz de schiste (110) justice (100) Pesticide (97) ce qu'on vous dit pas (93) Coup de chapeau (92) Tornade (86) coup de gueule (85) secheresse (83) manifestation (79) bonnes nouvelles (77) OGM (73) accident (70) glissement de terrain (68) Typhon (60) meteo (57) CO2 (50) evacuation (50) virus (50) Evenement (49) invasion (47) Coup de coeur (43) contamination (43) sante (42) famine (41) Bilan (40) corruption (39) cyclone (39) chimique (38) surpeche (37) lac etang (34) vague de froid (32) catastrophe (31) surconsommation (31) Urgence (29) Ouragan (27) neige (26) soleil (26) record (24) alimentation (23) economie (23) canicule (22) Intoxication (21) consommation (21) No comment (19) construction (19) incroyable (19) PCB (18) appel (18) sols (18) vague de chaleur (18) abeilles (17) epidemie (17) lac étang (17) pollution hertzienne (17) Scandale (16) protection (16) acidification (15) appel a l'aide (15) grippe aviaire (15) biocarburant (14) censure (14) Agenda (13) decouverte (13) Orage (12) algues vertes (12) braconnage (12) energie renouvelable (12) gaspillage (11) petitions (11) pollution sonore (10) pénurie (10) sables bitumineux (10) Nitrate (9) Tsunami (9) dechets nucleaires (9) mousson (9) penurie (9) clin d'oeil (8) elevage (8) eutrophisation (8) politique (8) science (8) algues rouges (7) incident (7) ozone (7) radiation (6) Trombe (5) ebola (5) mal-bouffe (5) plateforme (5) restriction (5) sauvegarde (5) Décontamination (4) Etat d urgence (4) crime (4) cause animale (3) disparus (3) espoir (3) geoingenierie (3) hommage (3) magnetisme terrestre (3) proces (3) techniques nouvelles (3) Eureka (2) Methane (2) ah bon... (2) avalanche (2) conflis (2) gag (2) industrie (2) pétrole (2) recolte (2) silence (2) violence (2) Finance (1) Nouvelles technologies (1) amiante (1) contribution (1) espace (1) extrane(l)us (1) herbicides (1) malbouffe (1) perturbateur endocrinien (1) projet de loi (1) trafic (1) victoire (1)
Fourni par Blogger.